Vous êtes ici : Accueil > Actualités
Les derniers articles
vendredi, 08 octobre 2021 06:34

Fin septembre, le Premier ministre a présenté un ambitieux "plan d’investissement dans les compétences" qui bénéficie d’un budget de 1,4 Milliard d’euros, dont 900 M€ mis en œuvre dès 2021.

Dans le détail, le 1,4 Md€ se décompose comme suit :

- 600 M€ consacrés à la formation des salariés, principalement par le recours au FNE-formation,

- 560 M€ consacrés à la formation des demandeurs d’emploi notamment ceux de longue durée,

- 240 M€ de prime à l’embauche en contrat de professionnalisation pour les demandeurs d’emploi de longue durée.

FNE-Formation : le Premier Ministre veut que "le FNE devienne l’outil d’adaptation des compétences attendues par les entreprises de tous les secteurs". Abondé, le FNE-Formation, dont les critères de mise en œuvre ont été simplifiés, permettra ainsi de financer :

 - 50 000 formations longues de 400 heures en moyenne, pour des parcours de reconversion ou de transition visant l’obtention d’une qualification professionnelle,

- 300 000 formations courtes de 40 heures en moyenne, pour des parcours de développement des compétences répondant aux enjeux immédiats de reprise particulièrement ciblés pour les TPE-PME.

Evolution des Transitions collectives (TransCo) : le dispositif va être simplifié, en particulier pour faciliter l’accès au dispositif pour les PME.

Formation des demandeurs d’emploi : 560 M€ supplémentaires seront consacrés plan d’investissement dans les compétences (PIC) avec comme objectif de former 1,4 million de demandeurs d’emploi en 2022.

Ces nouveaux investissements devront en particulier permettre de financer de nouvelles actions de formation à destination des demandeurs d’emploi, ciblées vers les métiers en tension. Ils devront également être ciblés sur des formations en entreprise, et particulièrement en situation de travail (AFEST).

Les procédures pour permettre l’entrée dans ces dispositifs de formation vont être simplifiées pour les TPE/PME, notamment par le biais de la dématérialisation des demandes et de l'amélioration de la prise en charge.

Contrat de professionnalisation sénior : une enveloppe de 240 M€ est prévue pour améliorer l’attractivité du contrat de professionnalisation à destination des demandeurs d’emploi de longue durée de plus de 30 ans.

Une prime à l’embauche en contrat de professionnalisation va être mise en place spécifiquement pour ce public. Mise en place jusqu'à fin 2022, cette aide sera versée la première année du contrat et sera d’un montant de 8 000 €, ce qui la met au niveau des aides actuelles à l’alternance pour les jeunes majeurs. Il est précisé qu’elle sera versée mensuellement à l’employeur durant la première année d’exécution du contrat.

Pour les demandeurs d’emploi de longue durée au chômage depuis au moins 12 mois, des actions de remise en dynamique professionnelle seront proposées par Pôle emploi. Elles permettront, en partant des métiers qui recrutent, d’identifier ceux pour lesquels le demandeur d’emploi dispose de compétences, de réaliser une évaluation objective de sa maîtrise de gestes professionnels techniques, de se ré-entrainer aux savoir-être professionnels, d’acquérir des compétences numériques et de préparer son entrée en parcours de formation.

Pour les demandeurs d’emploi de très longue durée, inactifs depuis plus de deux ans, un « parcours de remobilisation » plus intensif sera proposé. Tous les demandeurs d’emploi concernés devront en bénéficier d’ici fin 2022".

Dans ce cadre, il leur sera proposé un "diagnostic individuel qui permettra de définir, selon les besoins de la personne, un programme d’actions individualisé, accompagné et planifié".

Au total, il est prévu que 35 000 actions de remise en dynamique professionnelle pour les demandeurs d’emploi de longue durée soient financées dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences.

 

mercredi, 15 septembre 2021 15:00

Depuis une certaine loi « Madelin » de 1994, aucun gouvernement ne s’est penché sur le sort spécifique des travailleurs indépendants. Le gouvernement entend y remédier en annonçant prochainement un plan pour les indépendants.

L’U2P, qui représente la majorité des travailleurs indépendants du pays, travaille depuis le début de l’année avec le gouvernement pour améliorer la situation de 3,6 millions d’actifs : majoritairement artisans, commerçants de proximité, ou professionnels libéraux.

Plusieurs axes d’amélioration sont attendus.

D’abord, une meilleure sécurisation des travailleurs indépendants, avec la protection de leur patrimoine personnel en cas de faillite de l’entreprise.

De plus, une réduction de la fiscalité liée à la transmission de l’entreprise est attendue, en particulier dans le cadre d’une transmission à un membre de la famille.

Enfin, s’agissant de la protection sociale des indépendants, l’U2P a préconisé une augmentation de la pension minimale de retraite pour tous les assurés qui ont effectué une carrière complète, en la portant à 1000 euros nets. Il est tout à fait anormal en effet que ceux qui ont travaillé toute leur vie, perçoivent une pension parfois inférieure à ceux qui ont eu des interruptions de carrière.

Des mesures visant à développer l’accès à la formation continue des travailleurs indépendants sont également envisagées, considérant que se former est souvent la condition nécessaire à la pérennité et au développement de leur activité professionnelle.

L’U2P est satisfaite que ces sujets aient été pris à bras le corps par le gouvernement, et espère que la présentation très prochaine du plan pour les indépendants répondra à ses principales attentes.

 

vendredi, 09 juillet 2021 14:04

Les résultats de la mesure de la représentativité patronale ont été présentés le 7 juillet et ont amenés l’U2P à réagir.

D’abord, l’U2P rassemble 203.000 entreprises adhérentes,  en augmentation de 50.000 par rapport à la précédente mesure, et conforte ainsi sa place de force patronale de premier plan, réunissant un nombre d’entreprises adhérentes très supérieur au nombre d’entreprises affiliées au Medef.

Ces résultats sont à mettre à l’actif des 5 confédérations membres (CAPEB, CGAD, CNAMS, UNAPL, CNATP) et des 120 organisations nationales affiliées à l’U2P (dont la FNAR), qui ont fait le choix d’être représentées et accompagnées par l’U2P au niveau interprofessionnel.  Ils confortent les représentants de l’U2P dans leur détermination à défendre les intérêts des chefs d’entreprise de proximité et à développer les secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales.

En revanche, certains résultats sèment le doute quant à la façon de comptabiliser les entreprises et les salariés et peuvent laisser à penser que l’on s’éloigne de l’esprit de la loi. Dans ce contexte l’U2P n’écarte pas la possibilité de contester les résultats devant la justice.

En outre, le système actuel de représentation patronale aboutit à une sur-représentation des grandes entreprises et à une sous-évaluation des petites entreprises au motif qu’elles emploient moins de salariés. L’U2P dénonce cette situation inéquitable qui permet aux représentants des grandes entreprises et des PME d’imposer leurs décisions à l’ensemble de la communauté des entreprises.

C’est pourquoi l’U2P poursuivra son action auprès du gouvernement et des parlementaires afin de définir pour l’avenir un système de représentation patronale plus équitable. Par ailleurs l’U2P souhaite que les trois organisations patronales interprofessionnelles travaillent dans une logique de complémentarité, afin d’établir un environnement économique, fiscal et social favorable au développement de l’ensemble des entreprises françaises.

jeudi, 22 avril 2021 10:34

Elections à l’automne : les Chambres de Métiers vont renouveler leurs administrateurs lors d’élections consulaires qui se tiendront du 1er au 14 octobre 2021.

L’U2P*, organisation interprofessionnelle qui fédère et défend les TPE de proximité, est en train de constituer des listes de candidats intitulées « La Voix des Artisans ». Ces listes feront valoir les attentes prioritaires des entreprises artisanales :

 - replacer l’Artisanat, première entreprise de France, au centre des politiques publiques et des actions de relance économique,

- renforcer l’identité artisanale et poursuivre sa promotion,

- accompagner la modernisation, les transitions numérique et énergétique, et l’effort de formation, notamment l’apprentissage, des entreprises artisanales.

Une plateforme pour que les chefs d’entreprise puissent s’exprimer : pour être au plus près des demandes des artisans, l’U2P a lancé une plateforme participative en ligne.

Accessible à partir du site lavoixdesartisans.fr, cette plateforme permet de recueillir les problématiques auxquelles sont confrontés les artisans chefs d’entreprise au quotidien. La plateforme permet ainsi à chacun de témoigner, de discuter, de faire part de ses difficultés, de partager ses coups de cœur et ses coups de gueule. Ces témoignages seront traités et synthétisés afin d’enrichir le programme des listes « La Voix des Artisans ».

Un espace pour animer le débat public : la plateforme a également vocation à ouvrir un débat public pour interpeller les décideurs politiques et le grand public sur les sujets centraux pour les TPE de proximité. Objectif : donner sa juste place à l’artisanat dans le débat public, notamment à l’approche des élections régionales de 2021 ainsi que pour les élections présidentielle et législatives de 2022.

 * U2P : Union des entreprises de proximité (ex-UPA).Historiquement, l’U2P est l’organisation interprofessionnelle au service exclusif des entreprises artisanales au travers de ses organisations membres (CAPEB, CGAD, CNAMS, CNATP).

 

vendredi, 06 mars 2020 00:00

Depuis 2010, les 5 organisations syndicales de salariés, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et CGT-FO d’une part, et l’U2P * d’autre part, bâtissent un dialogue social régional adapté aux entreprises de l’artisanat et ont créé pour cela les CPRIA. Ces « Commissions Paritaires Régionales Interprofessionnelles de l’Artisanat » permettent aux employeurs et aux salariés de l’artisanat d’aborder collectivement des problématiques telles que la promotion des métiers, la gestion locale des emplois, la prévention des conflits, etc.

Il restait toutefois à constituer un dispositif national permettant de faire bénéficier aux salariés de l’artisanat d’offres en matière d’activités sociales, culturelles et sportives.

C’est chose faite avec le lancement en 2019 de la plateforme PROXIMEO qui contribue à l’attractivité des professions de l’artisanat et à la fidélisation des salariés des entreprises artisanales.

Cette plateforme internet propose de nombreuses offres avantageuses (chèques vacances, culture, voyages, sports, loisirs). Elle est accessible gratuitement aux artisans et salariés des entreprises de moins de 11 salariés, soit un potentiel de près de 3 millions de bénéficiaires sur l’ensemble du territoire (salariés, ayant droits familiaux et chefs d’entreprise).

Un dispositif de promotion de ces offres a été mis en place afin d’informer le plus grand nombre : vidéo de présentation, newsletter, événements régionaux, relations presse, réseaux sociaux Facebook et Instagram.

En bref : PROXIMEO c’est une plateforme internet et une application mobile qui proposent aux employeurs et salariés de l’artisanat des chèques vacances et des offres avantageuses (jusqu’à -70%) en matière de voyages, de culture, de sports, de loisirs.

* U2P : Union des entreprises de proximité (ex-UPA)

Articles récents